vers de nouvelles dispositions en faveur du don en Grande Bretagne


Dans le cadre de son projet de « big society », Le gouvernement britannique est engagé dans une démarche visant  à favoriser le don sous toutes ses formes.

Un livre vert, diffusé en décembre 2010, avait permis de faire apparaitre un certain nombre de pistes de réflexion et d’action. On trouvera ici le document lui même, ainsi que différentes contributions :

Un Livre Blanc, étape suivante avant la promulgation de lois, vient d’être mise en  ligne sur le site du Cabinet Office (à télécharger ici).

Les différentes propositions, qui s’appuient pour la plupart sur des programmes existants, se déclinent autour de 3 grands axes :

  1. Rendre le don plus facile
    • ATM Giving : permettre le don au moyen des automates bancaires, comme c’est déjà le cas en Suisse par exemple pour SOS Villages d’Enfants via les automates du CFF (voir ici sur le site de l’association)
    • Give change make change : l’arrondi solidaire lors d’un paiement par carte ; déjà en place dans des enseignes telles que Pizza Domino depuis novembre 2010. 120 000€ ont pu être récoltés via 420 000 donateurs. Voir l’exemple de Pennies, bien présenté ici sur le site Influenca
    • Mobile giving : don d’argent, mais aussi de temps via son téléphone mobile
    • Slivers of time, Do-it : mettre en relation les bénévoles et les associations
    • Philanthropy UK : informer sur la philanthropie
    • Mise en réseau des acteurs locaux autour de projets (exemple : Islington giving)
    • supprimer les freins au don (améliorer les remboursements des frais engagés par les bénévoles, réduire les contraintes administratives)
  2. Rendre le don plus attractif
    • de nouvelles incitations fiscales
    • de nouvelles incitations pour le bénévolat en favorisant l’échange de temps (voir l’exemple de SPICE)
    • fonds affectés à des opérations particulières
    • créer de nouvelles habitudes (journée du bénévolat, valorisation des donateurs, arrondi de paie, programmes dans les écoles, service national citoyen)
  3. Favoriser le travail des opérateurs
    • Administration électronique
    • Extension du mécanisme fiscal du Gift Aid
    • Faciliter la transparence dans l’évaluation des actions (Impact reporting), voir par exemple ici New Philanthropy Capital
    • Améliorer l’usage des technologies numériques
    • Permettre l’accès au don depuis des sites du gouvernement

On pourra également consulter ici le rapport du groupe de travail qui évoque les freins au don (temps et argent), ainsi que les mesures permettant de diminuer les freins administratifs pour les plus petites ONG, les organisations de volontaires, et les entreprises du secteur social.




Philanthropie privée – Aide au développement – Analyse comparative dans 7 pays (DGTPE)


Nous avons extrait du récent rapport de l’IGF sur la philanthropie privée orientée vers l’aide au développement, la contribution de La DGTPE (Direction Générale du Trésor et de la Politique Economique).

Le rapport lui-même peut être consulté ici

Il s’agit d’une analyse comparative de la situation dans 7 pays :

  • Allemagne
  • Canada
  • Espagne
  • Etats-Unis
  • Grande-Bretagne
  • Norvège
  • Suède

Le rapport, visible ci-dessous, contient un grand nombre d’informations chiffrées ou décrivant le rôle de l’état, les différentes incitations mises en oeuvre, les différentes formes juridiques utilisées.

La comparaison entre les différents pays européens (et particulièrement l ‘Allemagne et la Grande-Bretagne) est particulièrement instructive, à l’heure où émerge un « espace philanthropique européen ».

[ipaper docId=31798686 access_key=key-8e7qrso0mt6z0gu2omj height=600 width=500 /]